coteaux.png facebook.png gplus.png twitter.png youtube.png lang_en.png

Portrait de la semaine : Laurent Damais

du Domaine de la Devèze

« Je suis né pratiquement sur un tonneau, et depuis ma plus tendre enfance je voulais prendre la suite de mes parents, afin de donner ses lettres de noblesse à ce Domaine. Tout était à faire ; vaste défi qui m’anime pour tendre encore vers plus de qualité. »
Enseignant dans un centre de formation professionnelle agricole en Algérie, Marcel Damais, le père de Laurent, décide en 1962, au moment de l’exode, d’abandonner son statut de fonctionnaire pour se consacrer à sa passion : la culture de la vigne.
N’arrivant pas à obtenir la qualité des vins d’Afrique du Nord sur le Domaine de La Devèze, qu’il vient d’acheter, il est convaincu que le problème vient de l’encépagement, non du terroir. Il innove donc en plantant dès 1965 les cépages Syrah, Grenache, Merlot.
En 1987, Laurent démissionne lui aussi de son poste d’enseignant (professeur de Sciences Naturelles) pour s’associer avec ses parents et développer la commercialisation.
« Ma stratégie est la vente directe de proximité : mise en place d’un caveau, prospection, restauration, épicerie, exportation… »
En trois ans, les chiffres de la vente directe passent de 3 000 à 70 000 bouteilles, permettant ainsi de s’émanciper de toute relation commerciale avec le négoce. Cette indépendance s’appuie encore aujourd’hui sur une très large gamme de production, du jus de raisin à la Carthagène, des vins de pays aux … Terrasses du Larzac.
« Je me suis battu pendant vingt ans à la suite de mon père pour l’accession à l’AOC Coteaux du Languedoc qui nous a permis, aujourd’hui, d’obtenir l’appellation Terrasses du Larzac depuis la récolte 2014. »
Pour ces vins d’appellation, la conduite du vignoble est pointue, au-delà même des exigences du cahier des charges : densité de plantation, palissage, vendanges en vert… Les vinifications sont finement pilotées, et un soin particulier est accordé à l’élevage des vins, en cuves, demi-muids ou barriques.
« Le travail du bois, avec des chauffes précises, nous permet de conserver et de développer le côté fruité. Ces élevages nous permettent de travailler la structure, tout en exprimant la typicité de notre terroir. Nos vins développent ainsi rondeur, souplesse, équilibre et boisé fondu. »

Château de la Devèze Monnier

Autres portraits vignerons

Portrait de la semaine : Brice Bautou

du Mas Du Pountil

  • Angela et Brice BAUTOU
  • Mas du Pountil
  • 10 bis rue du Foyer communal
  • 34725 JONQUIERES
  • Tél : 04.67.44.67.13
  • Fax : 04.67.44.67.13
Lire le portrait

Portrait de la semaine : Guilhem Dardé

du Mas des Chimères

  • Guilhem DARDE
  • Mas des Chimères
  • 26, rue de la Vialle
  • 34800 OCTON
  • Tél : 04.67.96.22.70
  • Fax : 04.67.88.07.00
Lire le portrait

L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.